Cérémonie d’ouverture des travaux de réhabilitation du pont FAIDHERBE, SAINT-LOUIS

JPEG Cette cérémonie, organisée par la ville de Saint-Louis avec l’Agence Autonome des Travaux Routiers (AATR), maître d’ouvrage délégué du projet, a été présidée par Monsieur Habib SY, Ministre d’Etat, ministre des infrastructures, de l’équipement, des transports terrestres et des transports maritimes intérieurs, en présence de Monsieur André PARANT, Ambassadeur de France, du Directeur adjoint de l’Agence française de développement, Monsieur Gilles CHAUSSE, ainsi que de nombreuses autres personnalités du gouvernement et de la société civile.

Le pont FAIDHERBE qui relie l’île Saint-Louis et la langue de Barbarie au continent va fêter cette année ses 110 ans.

En structures métalliques, ce pont d’une longueur de 506 mètres, est soumis aux agressions de son environnement marin, corrosif.
Dans un état de dégradation préoccupant, sa réhabilitation lourde est indispensable. En effet, cet ouvrage peut véritablement être considéré comme une infrastructure d’intérêt national, tant son importance est vitale au développement de toute une région. La justification de sa réhabilitation est évidente tant en ce qui concerne son impact sur l’économie locale et nationale (activités de pêche et de tourisme culturel et balnéaire), sur la sécurité des personnes que pour des raisons de conservation du patrimoine de Saint-Louis.

JPEG

Le Président de la République française, au cours de sa visite d’Etat au Sénégal en février 2005, s’en est ému et a répondu positivement à la demande du Président WADE en annonçant que la France participerait au financement de la restauration. Dès janvier 2006, une convention de financement était signée avec l’Agence française de développement, pour un montant en subvention de près de 8 milliards de F.CFA (12,1 millions d’€).

Le Sénégal s’est par ailleurs engagé à compléter le financement, sur le budget national : 4,8 milliards de F.CFA sont ainsi mobilisés sur les budgets 2006 et 2007 sur la base des premières estimations de coût global du projet.
Les travaux consistent en :
- Des travaux d’urgence d’entretien sur la surface très endommagée du pont. Ces travaux, qui viennent de démarrer, devraient être exécutés dans un délai de 3 mois.

- Suivront, les travaux de protection des fondations des piles, nécessaires pour éviter les risques d’effondrement liés aux courants marins, pendant 5 mois.

- Enfin, la réhabilitation lourde de la structure métallique du pont, consistera :
o La réhabilitation des 7 travées.
o La modernisation du mécanisme de la travée tournante, qui permettra de rendre le fleuve à nouveau navigable,
o La protection anti-corrosion de l’ensemble de l’ouvrage.

L’option de réhabilitation à l’identique s’est imposée en raison de l’exceptionnelle qualité du patrimoine bâti et du site, qui a valu à l’île Saint-Louis d’être inscrite en 2000, par l’UNESCO, sur la liste du Patrimoine mondial.

JPEG

Le lancement de l’appel d’offres international est prévu en février 2007 et le démarrage des travaux de réhabilitation lourde devrait avoir lieu cet été, pour une durée de 28 mois.

Près d’un an sera nécessaire à l’entreprise sélectionnée pour étudier et pré fabriquer, en atelier, les pièces métalliques, avant que ne démarrent les travaux sur site.
Ces derniers seront réalisés selon des méthodes qui permettront de préserver au maximum la circulation entre le continent et l’île Saint-Louis.
Par ailleurs, les conditions de sécurité à assurer durant les travaux ont été définies afin de permettre l’accès en urgence à certaines structures sensibles, comme l’hôpital ou la police, notamment lorsque l’interruption du trafic sera nécessaire (soit durant 24 heures au maximum par travée rénovée).

JPEG

Lire le discours de l’Ambassadeur

Dernière modification : 07/02/2007

Haut de page