Cérémonie de remise des diplômes du baccalaureat - Promotion 2020 - Lycée Jean Mermoz

Discours prononcé le 25 juin 2020 par l’Ambassadeur de France à l’occasion de la remise des diplômes du baccalauréat promotion 2020 du lycée Jean Mermoz.

Seul le prononcé fait foi.

Mesdames et Messieurs les Conseillers consulaires,
Monsieur le Consul général, Monsieur le Proviseur, Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs, Cher bacheliers,

Félicitations tout d’abord à cette belle promotion 2020 ! Elles sont d’autant plus méritées, ces félicitations, que vous avez vécu une année difficile, et sans précédent dans les annales. Jamais aucun de vos prédécesseurs n’aura connu ce que vous avez connu ces quatre derniers mois : la fermeture du lycée, les cours à distance, les amis qu’on ne voit plus ou moins, un bac en contrôle continu. Un huis clos à l’âge où on ne rêve que de s’échapper, une contrainte à l’âge où on ne rêve que de s’émanciper.

Vous revenez ici, dans ce lycée, pour la première fois depuis quatre mois. Et vous y revenez pour en partir définitivement. La direction du lycée a eu raison, et j’en félicite son proviseur, de vouloir vous réunir une dernière fois avant le grand départ. Cette cérémonie est un adieu à vos années d’enfance. Elle tient du rite de passage. Elle est aussi la promesse de nouveaux horizons, différents mais tout aussi passionnants.

Vos parents ne pouvaient être là aujourd’hui. Je sais qu’ils le regrettent tous, de même que tous vos professeurs. Ils vous regardent cependant puisque cette cérémonie est retransmise en direct. Je voudrais que vous vous leviez et les applaudissiez toutes et tous pour les remercier, leur rendre hommage et leur marquer votre reconnaissance.

Ils ne sont pas là physiquement, vous le savez bien sûr, parce que la situation sanitaire ne le permet pas. Il est encore trop tôt pour faire le bilan de la crise que nous traversons et dont nous allons éprouver longtemps encore les conséquences mais certains enseignements peuvent déjà en être tirés. Il y aura un avant et un après cette épidémie de Covid-19.

Cher élèves,

Chaque génération a un défi à relever. Ceux auxquels vous serez confrontés sont nombreux et d’une particulière gravité : l’accès à la santé qui doit être enfin considérée comme un bien commun, la lutte contre le dérèglement climatique et le maintien de la biodiversité, la lutte contre la pauvreté et son cortège d’inégalités, la lutte contre l’obscurantisme, via l’éducation pour toutes et tous, la concorde entre les nations alors que se multiplient les foyers de tensions et que les institutions multilatérales sont de plus en plus contestées, pour ne citer que ces défis-là.

Ces enjeux peuvent paraître intimidants et les difficultés insurmontables. Il est vrai que la tâche est immense. Mais elle est aussi une invitation à inventer un monde nouveau, sans naïveté, avec humilité, avec détermination aussi.

Cette crise va, en partie au moins, dessiner le monde de votre génération, un monde meilleur, je l’espère. Un monde plus solidaire : cette crise a montré combien nous dépendons les uns des autres. Un monde plus juste : cette crise a creusé les inégalités et les a rendues plus insupportables encore. Mais un monde plus abscons aussi où les urgences sont de plus en plus pressantes et les solutions de plus en plus complexes. Ce monde-là sera votre monde. Il sera le résultat de vos choix. Il sera votre responsabilité.

Vous êtes prêts à l’affronter et à aller de l’avant. Ce lycée, toute son équipe, tous vos professeurs, vos parents aussi bien sûr vous ont préparé à l’étape qui suit. Je parle des connaissances que vous avez acquises dans toutes les matières que vous avez pratiquées. Je parle aussi des méthodes de travail, des expériences diverses que vous avez accumulées tout au long de ces années. Je parle enfin et surtout des valeurs qui vous ont été inculquées : le sens de l’effort, la discipline, la rigueur, l’écoute, le partage, l’ouverture aux autres, la tolérance.

Il vous arrivera, dans les mois et les années qui viennent, de vous sentir seuls, perdus, découragés, déboussolés. Souvenez-vous alors des moments passés ici, de ce que vous avez appris ici, des amis que vous vous êtes faits ici. Ce lycée vous a donné des bases solides. Vous avez été nourris déjà de cultures différentes. C’est une chance immense. Ne l’oubliez pas.

Chers élèves,

Je vais conclure pas quelques considérations plus personnelles. Prenez-les comme autant de conseils affectueux et amicaux.

J’ai eu la chance d’étudier dans de grandes universités et écoles françaises. J’ai beaucoup échoué aussi durant mes études. N’ayez pas peur d’essayer et de recommencer. Vous apprendrez autant de vos échecs que de vos succès. L’important est de ne jamais renoncer.

Je suis le produit de la méritocratie républicaine. Rien ne me prédestinait à devenir ce que je suis devenu. Il n’y a pas de fatalité. Ne soyons pas naïfs : c’est plus facile pour certains que pour d’autres. Mais rien ne vous est interdit. Ne vous laissez pas intimider, censurer ou imposer des choix qui ne sont pas les vôtres.

J’ai à plusieurs reprises changé d’orientation, tâtonné, hésité. N’ayez pas peur de multiplier les expériences. Tout est intéressant. Ne vous précipitez pas. Vous avez le temps. L’avenir est à ceux qui seront les plus curieux, qui feront les choix les plus audacieux, qui sauront s’adapter.

J’ai commencé à travailler à l’âge de 30 ans. Mes douze années d’études supérieures ont été parmi les plus belles de ma vie. Certes, j’ai connu, comme vous connaîtrez, les affres des examens, les doutes et le découragement mais je me souviens surtout du plaisir immense de lire, de discuter, de découvrir. Ne négligez pas ce plaisir-là.

J’ai toujours considéré enfin qu’on n’arrête jamais d’apprendre tout au long de sa vie. Restez toujours aux aguets, l’esprit ouvert. Vous n’en êtes qu’au début. Rien n’est jamais acquis, surtout dans le monde tel qu’il vient. Steve Jobs dans un discours prononcé à Stanford avait conclu par ce conseil : stay hungry. A quoi il ajoutait : stay foolish. Soyez affamés en effet : de savoir, de rencontres, de nouveaux horizons. Et n’ayez pas peur des chemins de traverse. Ils peuvent être les plus passionnants.

Félicitations à nouveau ! Passez un bel été. L’avenir est à vous./.

Dernière modification : 25/06/2020

Haut de page