Coopération/Justice : des acteurs judiciaires sénégalais formés en criminalistique

Formation qualifiante en matière de lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme dans le cadre du projet de coopération franco-sénégalais pour la modernisation de la justice sénégalaise (MOJUSEN)

Après une première session de formation au mois d’avril 2015, deux nouvelles sessions consacrées à la criminalistique, la médecine légale et aux techniques spécifiques d’enquête ont eu lieu au mois de juillet 2015 :

- Le Centre de formation judiciaire a organisé du 20 au 24 juillet 2015, la deuxième formation en criminalistique ou science forensique, définie comme l’utilisation des sciences et techniques pour la résolution des enquêtes, avec le financement de la coopération française dans le cadre du projet MOJUSEN.

Tout comme la première session, elle était animée par un ancien officier de la gendarmerie nationale française, formant actuellement de nombreux professionnels dans cette discipline.

Cette formation a alterné apports théoriques et exercices pratiques. En fin de session, la simulation d’un crime et la reconstitution d’une scène d’infraction gérée par les participants - magistrats, policiers, gendarmes et avocats – leur a permis de mieux appréhender les notions de criminalistique et de modifier leurs pratiques professionnelles.

JPEG - 1.8 Mo
Session de formation des acteurs judiciaires sur la criminalistique
JPEG - 2.1 Mo
Criminalistique : cas pratique

- Toujours au Centre de Formation Judiciaire (CFJ), s’est tenue, du 27 au 31 juillet, la troisième des huit sessions de formation sur la criminalité organisée et le terrorisme, consacrée à la criminalistique, la médecine légale et aux techniques spécifiques d’enquêtes.

Ainsi profitant de la présence à Dakar du formateur en criminalistique, M. Thierry LEZEAU, une première journée a été consacrée à cette discipline appelée aussi science forensique, aujourd’hui fort médiatisée par la télévision, le cinéma, la littérature et les erreurs judiciaires. Après un bref historique, le formateur, s’appuyant sur des cas pratiques, a traité la gestion moderne de la scène d’infraction en matière de criminalité organisée, notamment la balistique, les explosifs, les incendies.

La deuxième journée sur la médecine légale a été animée par le Général Yves SCHULIAR, médecin légiste, expert auprès de la Cour de cassation française et directeur de l’enseignement et de la recherche au pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale française. Levée de corps, autopsie, techniques d’identification, blessures par armes à feu ou par explosions, gestion médico-légale de la catastrophe de masse, dont le terrorisme, toutes ces notions ont été abordées, avec de nombreuses questions de la part des participants.

La simulation d’un attentat avec la reconstitution de la scène d’infraction qu’ont gérée brillamment plusieurs participants, magistrats, greffiers et policier, sous la direction conjointe du formateur en criminalistique et du médecin légiste, a occupé la troisième journée.

La session s’est poursuivie avec le commandant Assane SECK, ancien chef de la division de la police technique et scientifique qui s’est entretenu de la situation de la police technique et scientifique sénégalaise, provoquant là encore de riches débats.
Enfin, M. Jean-Yves LOURGOUILLOUX, actuellement procureur adjoint au parquet national de France, ancien chef du parquet de la section criminalité organisée de la JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) de Marseille, a proposé, après une journée consacrée aux méthodes et stratégies d’enquête en matière de criminalité organisée, l’étude de cas pratiques tirés d’affaires réelles, sur lesquels les participants ont travaillé, sous la direction du magistrat français.

JPEG - 3.4 Mo
Criminalistique, médecine légale et techniques spécifiques d’enquêtes au centre de formation judiciaire

Dernière modification : 05/02/2016

Haut de page