Soirée de Gala de la Société des membres de la légion d’honneur - Discours de l’Ambassadeur Christophe Bigot

Monsieur le premier ministre, Cher Mahammed Boun Abdallah Dionne

Monsieur le président de la section Sénégal de la société des membres de la légion d’honneur, El Hadj Malick SY

Mesdames et messieurs les ministres

Messieurs le général, chef d’état-major général des armées

Monsieur le général haut commandant de la gendarmerie

Monsieur l’amiral grand chancelier de l’ordre national du Lion

Messieurs les officiers généraux
Chers membres de la section Sénégal de la société des membres de la légion d’honneur
Chers amis,

Le poète, écrivain, dramaturge congolais Sony Labou Tansi écrivait : Je construis un grand Non à la fin. Je construis des barrages de Non à la mort. Ne vous étonnez pas si ma révolte est multiple. Je dépasse la vie

Cette force, cet héroïsme, ce défi - se battre, ne pas se laisser abattre, agir, ne pas fléchir, ne pas craindre, rester fidèles à vos valeurs, vous légionnaires l’incarnez si bien.

Je veux, messieurs les officiers généraux, chers amis, vous dire à la fois ma fierté de m’exprimer devant vous ce soir, comme président d’honneur de votre section, moi humble citoyen qui n’ait pas eu l’honneur de recevoir une telle disctinction.
Deux mots d’histoire : La légion d‘honneur a été créée le 19 mai 1802 par Napoleon Bonaparte (décret du 29 floréal an X), sous l’autorité du Grand maitre, le président de la république et du grand chancelier, le général Benoit Puga.
Beaucoup plus récent, l’ordre national du mérite a été institué par le Général de Gaulle le 3 décembre 1963, il est également sous l’autorité du grand maitre le Président de la République et du grand chancelier, Benoit Puga.

Vous incarnez une forme de noblesse républicaine, qui par cette distinction, se substitue à celle de l’ancien régime, en reconnaissance de votre parcours, vos mérites, vos exploits au service d’une communauté, d’un idéal, de principes, par votre courage, votre détermination, votre respect des principes, votre fidélité, votre sens civique, votre contribution à la vie publique, à l’esprit commun. Que vous soyez Ministres, Généraux, ambassadeurs, préfets mais aussi chefs d’entreprises, artistes, sportifs, hommes de culture, professeurs, chercheurs, militants d’une cause ou simples citoyens.

Vous incarnez la relation avec la France qui a su saluer en vous des acteurs exceptionnels. Je sais votre amour de la France qui vous le rend bien. Certes, elle vous déconcerte parfois. Mais Senghor disait je crois ‘’Pardonne à la France qui dit bien la voie droite et chemine par les sentiers obliques’’ . Vous êtes fidèles aux 350 ans d’histoire commune, au courage et au dévouement des tirailleurs sénégalais, rappelés encore il y a quelques jours par le Président lors d’une cérémonie de naturalisation à l’Elysée

Mon souhait ce soir, à l’occasion de ce diner de gala est de nous projeter, de regarder vers demain, de dessiner l’horizon de nos enfants, forts de ce que nos deux histoires communes, si souvent inextricablement liées, nous ont léguées.

Mais ‘’Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants’’ (Senghor encore).

Je pense donc d’abord à nos jeunes. Il nous faut éclairer nos jeunes et leur inspirer cet amour du civisme qui a porté leurs aînés et qu’ont porté leurs aînés - et dont je sais vous portez haut la flamme. Aimer son pays, aimer les siens est le premier pas vers une forme de vivre ensemble, à laquelle je crois nous aspirons tous. On a beaucoup cité le général de Gaulle pendant la campagne électorale française, pas toujours à bon escient. La France, disait de Gaulle, c’est tous les Français, de Curie à Senghor. Ainsi s’est faite notre nation, par apports successifs et fécondants. A nous d’en transmettre le flambeau à nos jeunes générations, Comment ne pas se réjouir de ces quelques 10.000 étudiants sénégalais que la France accueille sur son territoire, jusque dans ses plus beaux établissements, ses universités, ses classes préparatoires, ses grandes écoles. Quel plus beau message que ce trait d’union entre nos deux nations dans un élan commun de fraternité et de partage.

Solidarité et partage
Je sais votre inclination pour faire de votre Société une Société d’entraide entre légionnaires, une Société tournée vers les siens et davantage encore, vers les autres. Vous pouvez vous en enorgueillir. Cela implique naturellement du dévouement, cela implique aussi des financements, être créatif et persuasif. Le défi n’est pas mince mais je sais votre inclination à le relever.

Je veux enfin vous dire ma détermination, en lien avec nos services consulaires, et je salue le consul général ici présent , à faciliter non seulement vos démarches administratives quand vous souhaitez vous rendre en France - je parle ici vous l’avez compris des visas - mais plus encore de mon souhait de favoriser au maximum de nos moyens les visas dits de circulation, pour ceux qui, au nom de liens de proximité évidente avec la France, ont le désir et le droit de ne pas en être empêchés par des démarches un peu lourdes et chronophages.

Je souhaite aussi que votre section puisse participer pleinement du rayonnement du Sénégal en France comme de la France au Sénégal et vous associer autant que possible aux actions menées ici par le gouvernement français.

Pour conclure je veux saluer une section Sénégal, forte de plus de cinquante-trois membres, qui s’inscrit dans la dynamique de ses sections sœurs autour du monde en lien avec la grande chancellerie. Je vous félicite monsieur le Président El hadj malick Sy) de votre énergie au service de cette cause, je reconnais dans celle-ci l’expérience du grand footballeur.

Je vous remercie général, Francois Loeuillet, vous qui avez la charge de l’animation de ces sections étrangères, de votre engagement et détermination et d’être venu porter à Dakar la parole de la grande chancellerie et du General Benoit Puga.

Je vous souhaite une bonne soirée.

Dernière modification : 16/05/2017

Haut de page