Levée du corps d’OUSMANE SOW

Levée du corps
Mardi 6 décembre 2016

Son Excellence, le Président de la République du Sénégal, M. Macky Sall,
Chers Béatrice, Ndeye, David, enfants et petits enfants d’Ousmane Sow,
Chers amis d’Ousmane,

Chère Béatrice, chers enfants et petits-enfants d’Ousmane, chers amis, au nom du Président de la République française, je vous adresse mes plus sincères condoléances.

Ousmane Sow était un très grand ami de la France. A lui seul, il représentait le lien unique, indéfectible qui existe entre le Sénégal et la France. J’aimerais vous retracer brièvement son parcours qui s’est nourri d’allers-retours entre nos deux pays et de rencontres.
J’ai eu l’honneur dernièrement de rencontrer Ousmane Sow le 22 septembre dernier lors d’un dîner organisé à l’occasion de la venue à Dakar du Premier Ministre, M. Manuel Valls. Déjà fortement affaibli par la maladie, il avait tenu à être à nos côtés. J’y ai découvert une personnalité extrêmement chaleureuse, pleine d’attention à l’autre et rayonnant d’intelligence.
Sous l’autorité d’un père médaillé de la Croix de Guerre durant le première guerre mondiale, son âme noble et guerrière est façonnée par les héritages familiaux, notamment par l’histoire d’une grand-mère libre et farouche : Dior Diop, et par celle d’un grand-oncle héroïque : Lat Dior.

Son lien fort avec la France commence lorsqu’il est encore enfant et qu’il fait ses classes à l’école française à Dakar. A 21 ans, Ousmane quitte le Sénégal pour s’installer à Paris. Il enchaînera des petits boulots et y étudiera la kinésithérapie, métier qu’il exercera pendant près de trente ans, en France puis au Sénégal.

C’est son sens aigu de l’anatomie, sa capacité à capturer l’essence des corps par la matière, dont la composition reste secrète, qui l’amènera à sa notoriété de sculpteur. En 1987, il présente à Dakar sa première série sur les lutteurs Nouba au Centre Culturel français.

Ousmane aimait la France et la France, en retour, l’a célébré de multiples façons ces dernières décennies.

En 1992, il participe à la Dokumenta de Kassel, et c’est sur l’invitation du commissaire français Jean Clair qu’il participe en 1995 au centenaire de la Biennale de Venise. Viendront ensuite de nombreuses consécrations dont celle de sa célèbre rétrospective sur le Pont des Arts à Paris en 1999, organisée par Béatrice Soulé qui permettra à plus de trois millions de visiteurs d’admirer ses guerriers colossaux et charismatiques.
En 2008, Ousmane signera l’épée de l’Académicien français, M. Jean-Christophe Rufin, ancien Ambassadeur de France au Sénégal et grand écrivain, une des nombreuses personnalités françaises qu’il compte parmi ses amis proches.
En 2013, il entre à l’Académie des Beaux-arts ce qui couronnera sa carrière et confirmera tous les honneurs que la France lui témoigne et la grande amitié qui le lie au peuple français.

Commandeur des Arts et lettres, Commandeur de la Légion d’Honneur, décoration qui lui sera remise par le Président François Hollande à Dakar, en novembre 2014, ce dernier lui voue un profond respect et une grande admiration qu’on retrouve dans le message de condoléances adressé à la famille d’Ousmane Sow :
« De la matière qu’Ousmane Sow appliquait sur des armatures de fer et de béton puis de bronze, ont surgi des guerriers venus d’ethnies ancestrales mais, également, le souvenir de grands hommes, tels que Victor Hugo. Ses œuvres sont le reflet de ses engagements, et ses géants se tenaient toujours debout ».

Le Président François Hollande rappelle dans ce message l’engagement social et politique et la grande et noble passion de l’artiste pour son pays, pour le continent Africain et pour tous les artistes auxquels il a montré la voie grâce à la puissance de son travail.
« Il a ouvert le chemin. Comme un père spirituel, il nous a inculqué l’esprit de recherche et le sens de la méthode », affirme l’artiste plasticien sénégalais Soly Cissé.
Ousmane s’en est allé mais je suis persuadé que ses éclats de voix retentiront encore longtemps dans les mémoires de ceux qui l’ont connu.

Dernière modification : 08/12/2016

Haut de page