La nouvelle Université du Sine Saloum en partenariat depuis 2015 avec Agreenium, Montpellier Sup Agro et le CIRAD

Ce 6 mars, l’Ambassade de France au Sénégal a eu le plaisir de visiter la nouvelle Université du Sine Saloum El-Hâdj Ibrahima NIASS (USSEIN), qui vient d’ouvrir ses portes à sa première cohorte de 1 600 étudiants en première année de licence dans les métiers de l’agriculture (au sens large).

Répartie sur trois sites (Kaolack, Fatick et Kaffrine ; vers le centre du pays), cette université, qui accueillera à terme 30 000 étudiants, répond à deux enjeux majeurs que le Sénégal s’emploie à relever :

• Développer son agriculture, moteur de sa croissance économique (cf. Plan Sénégal Emergeant), en formant les ressources humaines, y compris en s’engageant dans une démarche citoyenne visant à rendre service à la communauté ;

• Equilibrer la carte universitaire du pays (cf. axe 3 de la décentralisation et résolutions de la réforme universitaire).

Il s’agit donc pour USSEIN de devenir une « université moderne ancrée dans ses terroirs, pour la sécurité alimentaire, le développement durable et la prospérité ».

JPEG

Cette rencontre fut l’occasion de souligner à nouveau l’excellent partenariat établi par USSEIN depuis 2015 avec Agreenium, Montpellier Sup Agro et le CIRAD, pour accompagner la construction du projet pédagogique (maquettes de licence, master et diplôme d’ingénieur) et le pilotage stratégique de ce nouvel établissement. La suite envisagée est prometteuse. Parmi les activités à incuber dès 2019 dans le cadre du Campus franco sénégalais, neuf sont portées par USSEIN avec Agreenium ou certains de ses membres (cf. la Licence Agriculture Biologique et Ecologique (ABE) ou la Création d’un campus numérique en AgroBioSciences). D’autres suivront. Les perspectives sont d’autant plus enthousiasmantes avec la sélection le 23 novembre dernier du Centre africain d’Excellence « Agriculture pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle » (AGRISAN) dans lequel USSEIN est largement partie prenante.

Une coopération, qui s’inscrit donc dans le temps et en cohérence avec les engagements de l’Etat français. En effet, en déclinaison du discours de Ouagadougou, prononcé en novembre 2017 par le Président de la République française, la France ambitionne de soutenir les réformes des dispositifs de formation agricole et rural en Afrique, mais aussi de construire un réseau Afrique-France de formations croisées et de doubles diplômes dans ses domaines de compétence.

JPEG - 72.5 ko
Au centre Laurent PEREZ-VIDAL, Conseiller de coopération et d’action culturelle, ainsi que Benoit BAULOT, Directeur de l’Alliance française de Kaolack et à gauche Pr Amadou Tidiane Guiro, Recteur d’USSEIN

Dernière modification : 25/03/2019

Haut de page