Vidéo "Le Budget au Sénégal : comment ça marche ?"

Vidéo « Le Budget au Sénégal : comment ça marche ? »

Dakar, le 13 janvier 2015 - Dans le cadre d’un partenariat technique et financier, l’Ambassade de France à Dakar, le Pôle « Stratégies de développement et Finances Publiques » du Centre Régional du PNUD et le Réseau Citoyen pour la Transparence Budgétaire (RCTB) ont produit un film d’animation visant à présenter au public sénégalais le fonctionnement du Budget et promouvoir le civisme fiscal. « La société civile doit pouvoir être partie prenante à l’élaboration du Budget afin de l‘orienter dans le sens de la satisfaction des besoins essentiels des populations. Le Budget est à la base de la réalisation des programmes de développement » explique Amadou Kanouté, président du Réseau.

Cliquez sur l’image ou ici pour voir la vidéo
PNG

La vidéo dessinée aborde de manière didactique le Budget de l’Etat et son rôle dans la mise en œuvre de politiques de croissance et de réduction de la pauvreté. Regardez la vidéo.

Pour en savoir plus sur le RCTB

Créé en 2014, le Réseau Citoyen pour la Transparence budgétaire regroupe quatre organisations : CICODEV (secteur santé), Alphadev (éducation), Action solidaire (industries extractives) et Enda Ecopop (décentralisation).
Dès 2012, une rencontre entre CICODEV Afrique, le Pôle « Stratégies de développement et Finances Publiques » et l’Ambassade de France au travers du service de coopération et d’action culturel (Pôle CNG), a permis de mettre en place une première formation sur le processus budgétaire.

« Le réseau est né de la prise de conscience qu’un plaidoyer efficace des OSC pour des politiques orientées vers l’amélioration des conditions de vie des populations est conditionnée par une bonne connaissance du Budget. Il faut maîtriser le suivi de toutes ses étapes, de son élaboration et son exécution jusqu’à la reddition des comptes », affirme M. Kanouté.

La création du Réseau Citoyen pour la Transparence Budgétaire, qui plaide pour des budgets efficaces et transparents, témoigne d’une volonté croissante de la société civile de peser dans le débat budgétaire, dans le cadre d’un dialogue constructif avec les différents acteurs institutionnels. Le Conseiller technique du Pôle en contrôle externe, M. Samy Boukahla, a salué « la structuration d’une société civile en un Réseau capable de proposer aux administrations un dialogue technique ».

En mai 2014, le Pôle a accompagné le RCTB dans l’élaboration de son plan d’action pluriannuel 2014-2017, structuré autour d’actions de plaidoyer, de collecte et vulgarisation de l’information (budgets citoyens) et de formations. La vidéo sur le Budget au Sénégal est le premier outil de vulgarisation produit par le RCTB, avec la société SYDO. Elle a été réalisée avec l’appui technique du Pôle et l’appui financier de l’Ambassade de France à Dakar.

Le renforcement de la redevabilité et de la transparence de l’action publique, est un axe essentiel du soutien au développement des Etats promu par la coopération française et le PNUD.

***

Contacts :
Ophelie Mussetta, Chargée de communication, Pôle « Stratégies de développement & Finances Publiques, Centre Régional du PNUD pour l’Afrique, Tel (221) 77 332 1243, Email : ophelie.mussetta@undp.org , www.le-pole.org

Pauline Lecointe, Pôle CNG, Service de coopération et d’action culturelle, Ambassade de France à Dakar, Tel (221) 77 332 3378, Email : pauline.lecointe@gmail.com

Mansour Ndiaye, Secrétaire du RCTB, Tel (221) 77 332 4220, mansourdiagne@endatiersmonde.org

Communiqué du Pole Stratégies de développement et finances publiques du PNUD

Dakar, le 9 septembre 2014

Le Pôle « Stratégies de Développement & Finances Publiques », du Centre Régional du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour l’Afrique, a effectué le jeudi 4 septembre 2014 un bilan à mi-parcours de la mise en œuvre de son programme d’assistance à la bonne gestion budgétaire en Afrique de l’Ouest et du Centre. La deuxième phase du projet a été lancée en 2014 et compte attirer davantage de partenaires au développement.

JPEG
Les participants au Comité du Pôle, co-présidé par Marc Trouyet, Sous-directeur à la gouvernance démocratique du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI), et Abdoulaye Mar Dieye, Directeur du Bureau régional pour l’Afrique du PNUD.

« L’Afrique doit poursuivre les réformes en matière d’efficacité et d’efficience des dépenses publiques, afin de générer une croissance stable et durable. La bonne gouvernance est un axe essentiel du soutien au développement des Etats promu par le PNUD et les partenaires intervenant dans la région » a rappelé Abdoulaye Mar Dieye, Directeur du Bureau régional du PNUD pour l’Afrique, à l’occasion du Comité d’orientation du Pôle le 4 septembre.

Le Comité a également rappelé les enjeux liés à la mobilisation des ressources internes des Etats et au contrôle externe de l’action publique. « La notion de redevabilité, qui implique les acteurs publics et de la société civile, doit être mieux prise en compte dans les institutions étatiques » a insisté M. Mar Dieye.

Organisée à Paris, la réunion du comité a réuni les représentants du PNUD et de la France, les Commissaires de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) et de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) en charge des questions de politiques économiques, ainsi que les partenaires multilatéraux (Commission de l’Union Européenne, OCDE, Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales, entre autres).

Cette réunion intermédiaire, après le Comité de mars 2014 à Dakar, traduit la volonté partagée de la France et du PNUD d’assurer un pilotage rapproché du projet. Le rapport présenté au Comité établit un niveau d’exécution satisfaisant des activités au premier semestre en phase avec l’ambition de montée en puissance de l’assistance du Pôle, dans le respect de la programmation validée en début d’année.

« C’est un projet en phase avec les priorités de la France dans le secteur de la gouvernance financière, notamment vis-à-vis des pays en sortie de crise comme le Mali et la Centrafrique », a déclaré Marc Trouyet, Sous-directeur à la gouvernance démocratique du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international. « L’enjeu de la phase II sera celui de l’élargissement des partenariats, y compris sud sud » précise-t-il.

Un projet d’appui au renforcement des capacités de la Commission et des Etats de la CEMAC, financé par l’Union européenne (10e FED), dont le Pôle assurerait la mise en œuvre, pourrait voir le jour très prochainement. « Nous nous réjouissons de l’avancée des discussions sur cette initiative, qui viendra renforcer l’appui que nous apportons aux pays membres, particulièrement la Centrafrique », a commenté Paul Tasong, Commissaire CEMAC.

Acteurs centraux des discussions, les Commissaires de l’UEMOA et de la CEMAC ont souligné l’importance de l’accompagnement au niveau régional. « Le Pôle a joué un rôle majeur dans l’appui à la mise en œuvre des réformes des finances publiques en UEMOA. Nous avons aussi renforcé le dispositif de pilotage de la Commission visant à effectuer le suivi de la transposition et l’application des directives régionales au sein des Etats membres », a souligné Abdallah Boureima, Commissaire de l’UEMOA. « Nous avons la volonté d’approfondir le partenariat avec le Pôle. Dans toute la sous-région, il importe d’améliorer la qualité de la dépenses publique, en l’orientant résolument vers le développement » a ajouté le Commissaire CEMAC.

« Le Pôle apporte une expertise et des outils méthodologiques, mis à disposition de l’ensemble des acteurs qui concourent à l’amélioration de la gouvernance financière. En ce sens, la capitalisation des bonnes pratiques et les outils développés constituent un bien public, qu’il importe d’enrichir et de partager avec le plus grand nombre, notamment au travers de la plateforme de formation en ligne administrée depuis Dakar. La formalisation de nos partenariats jouera, à cet égard, un rôle clé », a dit Laurence Jacquet, Coordonnatrice du Pôle.

JPEG

Un certain nombre de partenaires techniques (DGFiP, OCDE, CREDAF, AFRISTAT etc.) ont exprimé le souci d’amélioration des synergies entre PTFs et de pérennisation des actions conjointes, pour obtenir un meilleur impact sur le terrain.
La Commission européenne s’est félicitée de la coordination renforcée sur le terrain entre les interventions du Pôle et celles de ses délégations. Elle a souhaité qu’à l’avenir le travail du Pôle puisse être davantage partagé avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers des groupes sectoriels concernés.

Communiqué conjoint France-PNUD

***
Le Pôle de Dakar : Fruit d’un partenariat entre la France et le PNUD en 2006, le Pôle, qui est basé à Dakar, est un projet multi-partenarial d’assistance technique à la bonne gestion budgétaire dans dix-sept pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre et les deux Communautés Economiques Régionales. Il vise à soutenir l’accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et s’inscrit dans la préparation de l’agenda de développement post-2015.

Le PNUD : Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présents dans plus de 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations.

Dernière modification : 19/01/2015

Haut de page