Le programme d’invitation des personnalités d’avenir

Programme d’invitation des personnalités d’avenir

Une centaine de personnalités invitées chaque année, soit plus de 1200 en vingt ans en provenance d’une quarantaine de pays différents.

Quel est l’objectif de ce programme ?
Ce programme vise à apporter à ces futures élites une connaissance réelle de la France, fondée sur des contacts professionnels correspondant à leurs activités et à leurs centres d’intérêt ; il tend à favoriser les échanges et la création de liens privilégiés avec notre pays.

Qui est concerné ?
Sont concernées de jeunes personnalités étrangères (25-40 ans), en début de carrière, connaissant mal ou pas du tout la France. Élus ou responsables politiques, hauts fonctionnaires, universitaires, représentants de la société civile, ces personnalités sont appelées à exercer une influence croissante dans les affaires de leur pays et le cas échéant, dans les relations de celui-ci avec la France.

En quoi consiste ce programme ?
À partir des thèmes suggérés par l’invité, un séjour d’études personnalisé, professionnel, non officiel, est organisé. D’une durée de huit à dix jours en moyenne, il comprend des entretiens diversifiés, des visites de terrain tant à Paris qu’en province ainsi que des activités culturelles.

Et après ?
Ces liens privilégiés ont vocation à être pérennisés afin de constituer un véritable réseau des personnalités bénéficiaires du Programme.

JPEG

En 2014, La France au Sénégal soutient Omar Cissé

Omar CISSE est un spécialise en accompagnement d’entreprises et en Technologies de l’information et de la communication (TIC) tout secteur confondu avec une bonne connaissance du secteur des Technologies de l’information et de la communication.

Il est aussi certifié en incubation d’entreprises par Infodev, qui est une entité de la Banque Mondiale, et fait partie de son réseau d’experts. Il est intervenu pour Infodev en Afrique du sud, au Rwanda, au Nigéria et au Liberia comme formateur en incubation d’entreprises.

Omar CISSE a aussi participé à la mise en place de quelques entreprises au niveau des secteurs des TIC et de l’Agrobusiness.

En France, le programme de visite s’articulera autour de deux thèmes :

  1. Investissements et PME
  2. Pépinières d’entreprises

JPEG

Après son séjour en France, Omar Cissé nous livre ses impressions.

Q. Pendant une semaine à Paris, vous avez rencontré bon nombre d’entrepreneurs français, responsables d’incubateurs, de pépinières ou encore des investisseurs français. Qu’en retenez-vous ?

OC : Ecosystème, c’est le mot qui me vient tout de suite à l’esprit. Après cette expérience, je suis encore plus convaincu que sans un véritable écosystème autour de l’entrepreneuriat il nous sera difficile de faire décoller des entreprises innovantes.
Quand une start-up propose de créer une solution à un problème existant, elle se heurte souvent aux réticences ou frilosités des organismes de financement mais aussi des clients potentiels. On constate qu’il manque un pas intermédiaire pour faire accepter les innovations et amorcer le lancement de l’entreprise.

A Paris, la mairie a mis en place une solution intéressante via Paris Regions Lab. Elle accompagne la start-up innovante dans le cadre d’un programme qui permet aux start ups de tester leurs produits en situation réelle avec la Mairie et à cette dernière d’acquérir la solution une fois qu’elle est éprouvée. Tous les autres acteurs de l’écosystème (co-working space, incubateurs, pépinières,etc.) participent aux différentes phases de développement de la start up. Si les essais sont concluants, les pouvoirs publics accompagnent la start-up à lancer son projet grandeur nature.

On part donc des besoins de la start-up pour créer un ensemble favorable à son démarrage.Aujourd’hui en France, ça commence à marcher depuis quelques années grâce à la ville, la région, la Banque d’investissement publique, les incubateurs, les pépinières et les fonds d’investissement. C’est ça l’écosystème.

Q. Une chose que cette expérience aura changé en vous ?
OC : Je suis convaincu que les autorités locales et publiques ont un rôle déterminant à jouer dans la création d’entreprises privées innovantes. Pour moi la participation des autorités publiques à la création d’entreprises est capitale surtout dans nos états ou tout est à faire.

Q. Et maintenant, que va-t-il se passer ?
OC : Ça ne fait que commencer ! Après avoir créé des start ups et participé à lancer le CTIC au Sénégal, j’ai le projet, avec des partenaires, de mettre en place un fonds d’investissement sénégalais qui financera les PME porteuses de projets à fort impact économique et social.

L’Ambassade de France au Sénégal va continuer à suivre Omar Cissé dans ses nouvelles aventures.

Dernière modification : 21/01/2016

Haut de page